Calendièr de l'Avent de 2004

Per ne saber mai sus l'amiga, D. Decomps, que nos mandèt aquel tèxte de Marcela Delpastre.
Per ne saber mai sus
Marcela Delpastre.

Tornar al calendièr de l'Avent ?
Tornar a l'index ?
Tornar al somari ?

Traduction par l'auteur(e)

Les animaux, on le remarque souvent, il ne leur manque que la parole. Mais ils ne parlent pas. Le bon Dieu et la Sainte Vierge l'ont voulu ainsi, sinon l'on ne s'entendrait plus sur terre.

Toutefois, les animaux ont le droit de parler, une nuit l'an. C'est la nuit de Noël, en souvenir de cette nuit où l'Enfant-Jésus naquit dans une crèche, et que le bœuf et l'âne le réchauffaient de leur haleine en soufflant sur son petit corps. Mais ce n'est pas une chose qui serait bonne à entendre. Et prenez garde de ne pas aller exprès dans l'étable pour écouter ce qu'ont à dire les vaches et les ânes !

Une fois, pas très loin d'ici, du côté de Limoges, il y eut un homme, à force de lui répéter ce conte, qui voulut savoir, pour être sûr. Il y alla. Minuit n'eut pas plutôt sonné, il entend un bœuf qui disait à l'autre :

- Dors, demain nous porterons notre maître en terre.

Est-ce la peur qu'il en eut ? Il retourna à son lit comme il put, et le lendemain il était mort.

La nuech de Nadau en Lemosin
(mercé a Domenica Decomps)

Lo bestiau, òm zo vei ben sovent, manca res mas de la paraula. Mas parla pas. Lo bon Dieu e la Senta Verge z'an volgut aitau, qu'autrament s'auviriatz pus sus terra.

E pertant lo bestiau a lo drech de parlar, 'na nuech dins l'annada. Quò es la nuech de Nadau, en sovenir d'aquela nuech que l'Enfant-Jesús naissiguet dins 'na grepcha, e que lo buòu e l'asne l 'achauravan de lor alen en bufar apres son pitit còrs. Mas quò es 'na chausa que seriá pas bon d'auvir . E ben far atencion de pas anar a l'exprès dins l'estable per escotar çò qu'an a dire las vachas mai los asnes !

Un còp, quò era pas tant lonh d'aquí, dau costat d'a Lemòtges, i aguet un òme, a si fòrt de zo li contar, que volguet saber, per èsser ben segur. Lai anet. La mieg-nuech aguet pas sonat, vai mas auvir un buòu que disiá a l'autre :

- Duerm, que deman portarem nòstre mestre au cementeri.

Es-quò la paur que n'aguet ? Tornet dins son liech coma poguet, e l'endeman era mòrt.

Marcelle DELPASTRE, Contes Populaires du Limousin, préface de Robert Joudoux, , Lemouzi n°66, Tulle, 1978