Calendièr de l'Avent de 2004


La Joseta Brajon vos conta sos viatges
sul camin de Sant Jaume
Lo camin de Sant Jaume
Tornar al calendièr de l'Avent ?
Tornar a l'index ?
Tornar al somari ?

Avez-vous déjà envisagé d'aller marcher sur LE chemin ? Je veux dire le chemin de St Jacques de Compostelle ? Non, bien sûr... Et vous allez croire que l'approche de Noël et du petit Jésus me plonge dans une crise aiguë de mysticisme. Qué nani ! Faut essayer...

Recette : rechercher de vieilles chaussures qui marchent toutes seules et qui chouchoutent les petits orteils, un sac plutôt pas trop lourd, un duvet... et en route.

D'abord : choisir un point de départ.

Je suis partie de Roncevaux un matin de Juin 1999. La veille au soir, il avait fallu aller chercher le credencial chez les moines. C'est le passeport du pèlerin, celui qui fait que tu es prioritaire dans les auberges et sur lequel on te met le tampon de l'endroit chaque soir.

Et tu déambules dans le Pays Basque... Zubiri, Larrasoana, Pamplona, les cafés con leche vers 10 heures, la tortilla ou le jambon (ou les deux) de midi... Et l'auberge du soir où tu retrouves ceux qui ont marché à ton rythme, où tu ne retrouves pas le beau marcheur que tu avais repéré au bistrot à midi et qui est allé sans doute plus loin... Et le dortoir où tu comprends vite l'utilité des boules Quiès...

Et le réveil du matin, quand chacun prépare son sac au petit jour... et le départ.

Qui retrouverai-je ce soir ? Puisque je veux marcher seule, je ne demande rien mais je suppute. Et puis les paysages dont je ne sais pas raconter la beauté, les petits hameaux, les petites chapelles... Puente la Reina où se réunissent tous les divers chemins qui vont à Santiago, Estella... Logroño.

Au bout de 8 jours, les obligations familiales me rappellent au bercail : 10 jours de marche, 180 km environ. Ce n'est pas un record ! Mais c'est que du bonheur.

Aussi, je continue...
Juillet 2000 : Logroño - León- (Oh ! sublime Castilla)
Juillet 2001 : León - Santiago(Oh ! Galicia et ta belle langue escanée !)

Quand tu es arrivé à Santiago, tu es heureux... et dépossédé de ton but. Tu rencontres les amis du chemin, et tout le monde est triste de ce qui est fini.

Alors, tu repars !!!
Juillet 2002 : Le Puy en Velay - Conques (Oh ! la traversée de l'Aubrac !).
Juillet 2003 : Conques - Moissac(Aïe la canicule !!)
Juillet 2004 : Moissac - Condom... etc

Au bout du chemin... i a una lutz que cal gardar los uèlhs dessús
Et Machado disait " Caminante, no hay camino, se hace camino al andar ".

Lo camin de Sant Jaume

Diriatz que lo pichon Jèsus que s'anóncia lèu me fa tombar dins un misticisme ponchut. Que nani ! Sonque vos vòli convidar a soscar en examinar la possibilitat d'una passejada sus aquel camin mitic.

Recèpta : çò primièr, cal trapar bonas vièlhas calçaduras, aquelas que caminan soletas, unas caucetas que los artelhs pichons i siaguen amanhagats, una saca puslèu pas tròp pesuga, una saca de dormir e... fai tirar Mariús !

Puèi cal causir un luòc de partança que n'i a fòrça. Pòt esser lo sulhet de la vòstra pòrta coma fan d'unes.

Ièu partiguèri de Roncesvals una matinada de Junh de 1999. La vèlha, calguèt anar prene lo credencial en çò dels monges. Aquò's lo passapòrt del romieu, aquel papièr que te dobrís la pòrta de l'albèrga per dormir e que, cada ser, òm t'i bota lo sagèl de l'endrèit onte siás (es polit, lo credencial, se plega e se desplega coma l'acordeon de Tortosa !)

E, fin finala, te'n vas... E caminas pel País Basc : Zubiri, Larrasoana, Pamplona.. E descobrisses los cafés con leche dins los vilatjòts, la tortilla e lo cambajon del dinnar dins lo pichon masatge... E l'albèrga del ser onte tornas trapar totes los qu'an caminat a ton ritme ; onte trapas pas, ailàs, lo polit caminaire que l'aviás fintat aqueste matin, e que se'n es anat mai luènh probable.

E lo dormitòri onte as lèu fait de comprene a que servisson las bolas " Quiès ". E lo matin, quora cadun prepara sa saca a punta d'alba. Qual tornarai véser aqueste sèr ? Vòli caminar soleta doncas pausi pas cap de question, mas sosqui...

Puèi los paisatges que ne sabi pas contar la beutat, los carreirons, las pichòtas capelas... Puente la Reina onte se junhon totes los camins. Estella, Logroño...

Al cap d'un detzenat de jorns, cal tornar a l'ostal : 10 jorns, 180 km. Non, es pas un recòrd !! Es sonque de bonur !

Alara :
Julh de 2000 : Logroño - León (ò ! sublima Castilla)
Julh de 2001 : León - Santiago (ò ! Galícia e ta polida lenga escarnida !)

Quora arribas a Santiago, siás urós... e despolhat de çò que te fasiá caminar. Encontras los amics del Camin, tristes de çò qu'es acabat.

Alara, tornas partir !
Julh de 2002 : Lo Puèg de Velai - Concas (ò ! la traversada d'Aubrac !)
Julh de 2003 : Concas - Moissac (ai !, la calorassa !)
Julh de 2004 : Moissac - Condòm...

Al cap del camin... " i a una lutz que cal gardar los uèlhs dessús "
E disiá lo grand Machado : " caminante, no hay camino, se hace camino al andar "...