La libertat

Nòstra amiga Maria-Joana Verny, professora d'occitan a l'universitat Paul-Valery, nos a mandat de matin aqueste tè!xte que me permeti de ne vos far present :

Pour ceux qui doutaient de la capacité des langues dites "régionales" à dire la révolte contre la misère et la soif de liberté, lisez le texte ci-dessous, et écoutez-le sur le site de la FELCO. Attention, le fichier son est assez lourd et nécessite une bonne connection. Cliquez sur le lien ci-dessous, vous accèderez au texte. Pour écouter, cliquez sur "escotar", puis sur "escotar en MP3".

http://creo-mp.chez-alice.fr/Lalibertat.htm

Merci à Manu Théron (Gacha Empega, Lo Còr de la plana) de nous avoir autorisés à diffuser ce texte, dont il a composé la musique, et à Glaudi Barsotti de l'avoir trouvé et transcrit en graphie classique.

La liberté

Toi qui es ardente et nue
Toi qui as les poings sur les hanches
Toi qui as une voix de clairon
Aujourd'hui appelle appelle à plein poumons
Ô bonne muse.

Tu es la muse des pauvres gueux
Ta face est noire de fumée
Tes yeux sentent la fusillade
Tu es une fleur de barricade
Tu es la Vénus.

Des meurt-de-faim tu es la maîtresse
De ceux qui n'ont pas de chemise
Les gueux qui vont sans souliers
Les sans-pain, les sans-lit
Ont tes caresses.

Mais les autres te font roter
Les gros parvenus et leurs familles
Les ennemis des pauvres gens
Car ton nom, toi, ô sainte fille
Est Liberté.

Ô Liberté comme tu es belle
Tes yeux brillent comme des éclairs
Et tu croises, libres de tout mal,
Tes bras forts comme des haches
Sur tes mamelles.

Mais ensuite tu dis des mots rauques,
Toi plus douce que les étoiles
Et tu nous troubles, ô ma belle
Quand nous baisons, fermant les paupières,
Tes pieds nus.

Toi qui es puissante et rude
Toi qui brilles dans les rayons
Toi qui as une voix de clairon
Aujourd'hui appelle, appelle à pleins poumons
L'heure est venue.

La libertat

Tu que siás arderosa e nusa
Tu qu'as sus leis ancas tei ponhs
Tu qu'as una votz de cleron
Uei sòna sòna sòna a plens parmons
Ò bòna musa.

Siás la musa dei paurei gus
Ta cara es negra de fumada
Teis uelhs senton la fusilhada
Siás una flor de barricada
Siás la Venús.

Dei mòrts de fam siás la mestressa,
D'aquelei qu'an ges de camiá
Lei gus que van sensa soliers
Lei sensa pan, lei sensa liech
An tei careças.

Mai leis autrei ti fan rotar,
Lei gròs cacans 'mbé sei familhas
Leis enemics de la paurilha
Car ton nom tu, ò santa filha
Es Libertat.

Ò Libertat coma siás bela
Teis uelhs brilhan coma d'ulhauç
E croses, liures de tot mau,
Tei braç fòrts coma de destraus
Sus tei mamèlas.

Mai puei, perfés diés de mòts raucs
Tu pus doça que leis estelas
E nos treboles ò ma bela
Quand baisam clinant lei parpèlas
Tei pès descauç.

Tu que siás poderosa e ruda
Tu que luses dins lei raions
Tu qu'as una vòtz de cleron
Uei sòna sòna a plens parmons
L'ora es venguda

Ce texte a été trouvé par Claude Barsotti, de Marseille, mis en musique par Manu Théron et interprété par lo Còr dau Lamparo (disque en préparation). On ne connaît que le nom de son auteur : J. Clozel. Nous n'avons pas de renseignement sur J. Clozel (on ne connaît pas son prénom !) ; mais cette chanson intitulée sous le générique "Cançon de nèrvi" a été publiée dans le journal occitan marseillais "La Sartan" du 6 février 1892 ; elle était dédiée à Pèire Bertas (Fernand Antoine, 1864-1950), instituteur marseillais révoqué pour ses opinions socialistes, adjoint aux Beaux-Arts sous la municipalité Flaissières (1895-1899) ; on trouve dans "l'Armanac de La Sartan" de 1892, sous le générique "Cançon de nèrvi", une autre chanson sociale, "La Marselhesa dei rofians", dédiée elle à Charles Maurras (alors pas encore entré en politique) ; dernier texte "Lei planhums d'un creba-fam", "La Sartan" 14 juin 1902.

Tornar al Calendièr de l'Avent ?
Tornar al somari ?
Tornar a l'acuèlh ?