Loïsa Paulin : poëtessa

Loïsa Paulin nasquèt a Realmont (Tarn) en 1888. Tornèt descobrir sa lenga quand agèt un quarantenat d'ans e se metèt a escriure. Foguèt encoratjada per Antonin Perbòsc e l'abat Josèp Salvat.

Escriguèt fòrça poèmas e tèxtes en pròsa sens comptar sas letras que demòran un testimòni fòrt de son engatjament per la lenga occitana.

Ancêtres, j'ai cueilli pour vous un bouquet sauvage
Dans la forêt des ans.
Je viens vous l'apporter en brûlant hommage,
Moi, fille de paysans.

Rèires, vos ai culhit un ramelet salvatge
Dins la selva dels ans.
Lo vos veni portar en cremant omenatge,
Ieu, filha de pacans. (Autona de 1941)

Vous voici, les Guillaume, les Raymond de Toulouse
Et, de Foix, les Raymond, les Roger, les Bernard,
Vous autres, les Trencavel de Béziers la hautaine,
Les Raymond de Montpellier et les Guillaume rouergats.
Vous êtes là, les bouviers, les pâtres, les faucheurs,
les vignerons, les bûcherons,
Vous autres qui avez donné, obstinés sculpteurs,
À mon pays son visage et ses atours princiers.
Vous reviendrez, ce soir, vers la Montagne Sainte,
À l'heure mélancolique où la brume t'enchante,
Roc héroïque de Montségur.

Vos aquí, los Guilhèms, los Ramons de Tolosa,
E, de Fois, los Ramons, los Rogièrs, los Bernats,
Vosaus, los Trencavèls de Besièrs l'auturosa,
Ramons de Montpelhièr e Guilhèms roergats.
Ètz aquí, los boièrs, los pastres, los dalhaires,
Los vinhairons, los boscassièrs,
Vosaus qu'avètz donat, testarruts escalpraires,
A mon país sa cara e sos ators princièrs.
Vo'n tornaretz, anuèit, vèrs la Montanha Santa
A l'ora languidora ont la bruma t'encanta,
Ròc eroïc de Montsegur.
(La Ronda dels Mòrts, 1940)

Fumée

Non, non, ce soir je veux fuir la maison !
Je veux le fil de fumée qui s'étire sur les champs
Quand le laboureur allume un feu de mauvaises herbes.
Ô fil de fumée, viens lier un rêve,
Un rêve qui m'échappe
- Comme toi, fil de fumée -
Pour fuir vers les étoiles. (Sources)

Fum

Non, non, anuèit vòli fugir l'ostal !
Vòli lo fial de fum que s'estira suls camps
Quand lo lauraire aluca un fuòc d'erbassas.
Ò fial de fum, vèni ligar un raive,
Un raive que m'escapa
- Coma tu, fial de fum -
Per fugir cap a las estelas.
(Sorgas)

Un autre poèma de Loisa Paulin ?

Frasas tiradas de sa correspondéncia :
C'est de ce pays que je veux être.
Je sais l'occitan d'instinct, l'ayant parlé exclusivement jusqu'à l'âge de sept ans.
La langue d'oc va beaucoup mieux pour parler de tout ce que j'aime.
La langue d'oc est une langue superbe, d'une richesse et d'une souplesse étonnantes. C'est la langue même de la poésie.
Je me suis mise à l'étude de la langue d'oc par repentir d'avoir si longtemps ignoré mon pays.

Tornar al Calendièr de l'Avent ?
Tornar al somari ?
Tornar a l'acuèlh ?